Copyright 2007-2012
Built with Indexhibit

Ateliers
DEVANT L'IMAGE

Ces ateliers sont proposés dans divers contextes, à différents publics, ils réunissent la philosophie et l’art. Comment l’un et l’autre peuvent se questionner, s’éveiller, se compléter ou au contraire s’annuler.

Les ateliers Devant l’image sont pensés en prolongement du laboratoire de recherche Cartographie d'un quotidien. L’idée est de transmettre et de partager les valeurs et les gestes expérimentés et développés en son sein. Ils proposent, par le biais d'expériences artistiques et de discussions philosophiques, de questionner ce qui se passe quand on regarde une image.

Les ateliers cherchent à développer quatre compétences :
•L’expérience du regard
•Le montage
•L’émancipation devant l’image
•La discussion philosophique

L’expérience du regard :

Il y a donc là une expérience du secret, c’est-à-dire de ce qui se tient en retrait par rapport à la visibilité, par rapport aux lumières, par rapport à l’espace public même.Derrida

Il s’agit, lorsqu’on s’attache à regarder certaines images, d’une expérience particulière. En effet, pour laisser l’image exister, pour se laisser exister devant elle, il faut accepter d’être dérouté, troublé, sans repère.

Assumer l’expérience de ne rien garder de stable. Accepter l’impouvoir, la désorientation, le non-savoir. Mais c’est là, justement, que réside une nouvelle chance pour la parole, pour l’écriture, pour la connaissance et la pensée elles-mêmes. Georges Didi-Huberman

L’image est instable, elle ne se laisse pas saisir d’office, elle se transforme, ou plutôt, c’est notre regard sur elle qui se transforme. On peut voir l’image une fois comme une telle chose une fois comme telle autre chose Wittgenstein. Notre regard sur elle se module selon le contexte dans lequel nous la regardons. Nous l’interprétons donc et la voyons comme nous l’interprétons. Cette interprétation est influencée par une constellation d’autres images que la mémoire de chacun associe à celle regardée. Ce travail sur les représentations met également en lumière que ce que l’on voit et pense n’est pas nécessairement ce que l’autre voit et pense.
L’image ne se laissant pas enfermer, le dire doit accepter de se transformer lui aussi, il ne peut (idéalement) se cantonner à un discours rigide, un savoir fixé d’avance. L’image ne pourrait se dire qu’avec des paroles en constantes transformations, se réajustant et se cherchant sans cesse, expérimentant et tâtonnant, entre sensible et intelligible, en dehors du jugement.
Les ateliers s’articulent autour de l’expérience du regard dans l’espoir d’engendrer le déséquilibre et le mouvement, celui de la pensée (et de la parole) face à l’image.
Les ateliers se proposent de faire l’expérience de l’inconstance, du doute, de la désorientation, du réajustement,… comme gestes permettant au regard de rester éveillé et à la pensée d’être en mouvement.

Le montage :

Les images, comme les oies, ne sont image qu’en troupe et donc en formation, l’une ricochant sur l’autre et, d’une autre encore, ricochée. Elles ne peuvent exister que d’accord et cet accord entr’elles ; c’est d’entre qu’il provient. Deligny

Les images elles-mêmes sont des clés pour interpréter et comprendre les autres images. Inspiré du travail d’Aby Warburg, l’atelier comportera des propositions de montage/assemblage d’images.

En effet, tout changement dans l’ordonnancement des images permet de réactiver leur potentialité, de faire émerger de nouvelles questions à l’intérieur d’autres voisinages. En faisant se confronter les images on pourra mettre en évidence certaines formes et faire affleurer de nouvelles interrogations. Juliette Pirlet

L’idée est de permettre à chacun de créer ses propres liens, ses propres connexions et donc ses propres savoirs. Ce travail sur l’image et son montage permet aux participants de se mettre en position de chercheur, ils deviennent des archéologues de l’image, ils fouillent celles-ci à la recherche de formes, de signes, de symboles qu’ils pourraient faire résonner avec d’autres images. Il s’agit d’un travail de montage qui nécessite d’observer pleinement les images et les espaces entre ces images, ce qui les unit, ce qui les met en lumière et comment. Il s’agit de créer des rhizomes, en images et en pensées.

Que me demande-t-on, au juste ? Si je pense avant de classer ? Si je classe avant de penser ? Comment je classe ce que je pense ? Comment je pense quand je veux classer ? […] Perec

L’émancipation devant l’image :

L’atelier amènera à mettre des mots sur les images, des mots singuliers, qui ne sont tirés d’aucun manuel d’histoire de l’art pour permettre aux enfants/adolescents de s’émanciper de la connaissance, de créer leur propre savoir par le biais de l’expérience et peut-être d’interroger le ton de certitude qui règne dans la belle discipline de l’histoire de l’art. Didi-Huberman
Les images sont silencieuses, elles sont pourtant parlantes et portent en elles un discours potentiel, virtuel. Mettre des mots permet de libérer l’image, de relativiser le discours construit autour d’elle, de s’émanciper devant l’autorité que représente l’œuvre.

La discussion philosophique :

Devant l’image, sont proposés des moments solitaires, par deux ou en petits groupes. Chaque expérimentation (ou presque) est suivie d’une discussion philosophique qui réunit tous les participants. Ces différentes manières d’être ensemble devant l’image sont importantes, elles permettent de rendre mobile les champs de visibilité et de prendre conscience de cette mobilité – on ne voit pas tous la même chose, on ne regarde pas de la même manière seul, à deux, en petit groupe, en grand groupe, on ne parle pas de la même manière dans ces différentes situations, parfois on ne voit ni ne pense rien, qu’est-ce qui empêche/permet (en fonction de l’agencement du groupe) de voir et de se laisser aller à imaginer et à penser ? Comment notre vision se transforme au contact de l’autre, des autres ?... - Ces diverses manières d’être ensemble (ou pas) devant l’image ouvrent des espaces de questionnements et de réflexion.

Durant les échanges philosophiques, les questions suscitées par les expériences amenées par les divers supports sont recueillies et discutées. L’approche sensible des images demande aux participants de se rendre disponible à l’inconnu, de se laisser étonner et dérouter. Elle permet à chacun de travailler ses représentations, de prendre conscience de celles des autres et de la différence des regards et des points de vue. Elle leur offre la possibilité de s’apercevoir que ces diverses interprétations peuvent exister et coexister, s’enrichir, se questionner, ... Elle s’inscrit dans une démarche qui vise à pousser les enfants/adolescents à chercher par eux-mêmes les chemins du questionnement et de la compréhension. L’interprétation des images permet aux participants de s’interroger et d’émettre des hypothèses, de les argumenter et de les comparer, de donner des exemples, de créer du lien entre différentes images et propositions et d’expliciter ce lien. Elle permet de développer le sens de l’observation et l’esprit critique.

Pour finir :

Dans notre société, envahie par les images - souvent tonitruantes et aveuglantes - il me semble important de développer des outils qui permettent à chacun de ne pas consommer passivement les images, quelles quelle soient, mais de s’inquiéter devant elles, en développant à la fois sensibilité et esprit critique.
Pouvoir regarder l’art et le vivre en sortant des conventions qui font obstacle à un regard nouveau sur les œuvres c’est devenir acteur de l’art. Etre capable de déceler en lui sa puissance. Comprendre que « Quelque chose » là résiste de soi-même sans qu’on ait à organiser une résistance Derrida.
L’expérience de l’image, tend ici à faire en sorte qu’on ne s’en tienne plus à la familiarité des choses. Il s’agit de déconditionner son regard pour appréhender le monde différemment, de prendre conscience, face à l’image, que la pensée est en mouvement, toujours en train de se faire et de se défaire. Cette prise de conscience peut ouvrir un espace où chaque pensée étant considérée comme mouvante, non fixe, en construction, les échanges sont facilités, chaque parole pouvant amener un réajustement et engendrer une construction collective.